Ma politique sportive pour la circonscription

Le sport, qu’il soit pratiqué seul ou en équipe, est un moment important de la journée, pour toutes les générations. Il sera pour certains un rendez-vous avec des collègues, un moment de partage, pour d’autre un véritable dépassement, celui d’un geste 1000 fois répété pour atteindre une performance. De l’amateur passionné au sportif de haut niveau, toutes ces pratiques s’appellent SPORT.  
Le sport est une école de la vie, une école de la rigueur, de l’exigence, en un mot un élément social central. Le résultat n’est pas un cadeau mais le fruit d’un travail !  

Pourtant, le sport n’est pas assez défendu et soutenu dans nos circonscriptions. Les clubs sont souvent tenus à bout de bras par quelques bénévoles qui s’engagent sans retenue, avec passion. Au quotidien, il faut trouver les moyens, mobiliser les équipements, animer des équipes d’entraineurs, répondre aux nombreuses réglementations… Bref un engagement de tous les jours avec un grand « E ».  

C’est d’abord, pour certaines pratiques, un besoin en équipements : du terrain de boules au parcours de golf en passant par le terrain de foot. La détermination sans faille de la mairie de Laudun pour le maintien de l’unique piscine couverte du bassin de Bagnols sur Cèze s’est heurtée à une fin de non recevoir d’une agglo qui n’a pas considéré ce sport comme essentiel ! Dans la circo, pour nager en hiver, il faut aller à Villeneuve lez Avignon ! 

Bien sûr, il faut entretenir les rues, les squares, améliorer la qualité de vie mais le sport n’est-il pas une partie de notre culture, n’est-il pas une urgence, n’est-il pas une bouée pour nos jeunes, pour certains qui, enfermés dans 20 m⊃2;, ont besoin de ces espaces, de ces moments, pour nos seniors parfois isolés ? Dans ce domaine, l’engagement des acteurs du SPORT a du sens et n’est pas reconnu. Je m’engage à défendre toutes ces activités et exiger le renforcement des parcours des sportifs quel que soit leur rôle, leur niveau avec une vision nationale de la répartition des équipements [1].  

Le sport est heureusement largement soutenu par les entreprises. Elles financent de nombreux clubs pour le développement du haut niveau mais aussi pour favoriser l’accès au sport de leurs employés et de tous. Le sport est alors un élément de l’entreprise, un style de vie qui véhicule des valeurs de solidarité, de partage à l’image d’un pack qui pousse ensemble pour la conquête d’un bout de terrain. Le rugby, le seul sport où pour aller de l’avant on passe le ballon derrière (Sami Frey), quelle prudence, quelle école !  

Le rugby club des Angles a su mobiliser des entreprises, des talents et de grands joueurs dont Jo Maso, parrain du club, pour faire du terrain un lieu de vie et d’apprentissage. Un exemple à suivre !  

Le sport c’est aussi des compétences. En France, l’organisation de la formation a été revue et corrigée. La licence STAPS, pivot de la formation sportive, connait un succès indiscutable. Les entraineurs ont acquis des compétences indéniables, le niveau monte. A partir de ces compétences, il faut faire de la place au sport dans notre pays…  

Des sportifs de haut niveau exercent leur métier dans notre circonscription, l’exemple du club de hand-ball de Bagnols sur Cèze qui évolue en national 1 est à souligner. L’exercice de ce « métier » demande un aménagement des études, des postes réservés, un suivi particulier à l’image de ce que proposent certaines écoles d’ingénieur (IMT Mines d'Alès). Ne devons-nous pas développer ces parcours, les diversifier ? Proposer localement une expérience centrée sur le sport en collaboration avec tous les acteurs pour intensifier la pratique du sport pour tous, renforcer les parcours en place et développer le sport de haut niveau, c'est mon engagement !